retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2016

Camille Tan

Stigmates, 2015

Photographies numériques pack-shotées (canon 5D markII) couleurs 7x 55x55cm / 3x 83x83cm
Tirages laser contrecollés sur aluminium
Production GENERATOR/ 40mcube, EESAB, Self Signal.

Stigmata, 2015

Packshot digital photographs (canon 5D markII) – laser printing/ stick on aluminium, 7x 55x55cm / 3x 83x83cm Production GENERATOR/ 40mcube, EESAB, Self Signal.

 

Réf. annexe: « La tribologie est la science des frottements. Un frottement, une marque, intervient lorsque deux surfaces en contact sont mises
en mouvement l’une par rapport à l’autre, produisant une force qui s’oppose au mouvement. Cette science des matériaux a des applications concrètes en archéologie, en biologie, en cosmétique, dans l’industrie, dans les transports... »


Stigmates présente des contrepoids usés, déformés et en fin de vie rendus à leur dimensions formelles en deçà de toutes dimensions utilitaires. Cette série photographique révèle un passage, un usage, parfois même des gestes exercés sur des objets dont l’emploi constant et répété a provoqué une détérioration. Les photos réactualisent des artefacts qui dévoilent à la fois leur histoire et leur cicatrices mais aussi la beauté d’une force, d’une cassure. Après un travail de fouille, s’en suit une archéologie expérimentale qui révèle non pas l’objet trouvé, mais les dynamiques internes de l’objet détourné. Le travail touche à la question de l’image et se déploie sous formes de tirages photographiques ‘pack-shotés’ (véritable maquillage d’un produit destiné normalement aux objets neufs). Le contrepoids n’est plus une relique du passé, mais établit avec présence ses mutations ‘sociales’ et ‘structurelles’ à un certain stade de vie. La série Stigmates inverse ironiquement la mise en avant d’un produit.

(Annex reference): « Tribology is the friction science. A friction, a mark occurs when two contact surfaces are set in motion, one with the other, producing a force opposed to the movement. This material science has concrete applications in archeology, in biology, in cosmetics, industry, transports, etc... »

Stigmata presents worn off and deformed counterweights, waste life staged, rendered to their formal dimensions beyond all practical dimensions. This series of photographs reveals the passing of time, a use, and sometimes the gestures exerted on objects, the constant and repeated use of which has caused a deterioration. The photographs update artefacts which unveil their history, their ‘scars’ and also the beauty of a force, of a breaking. Results in a searching process, in an experimental archeology revealing, not the object found, but its internal dynamics once transformed. The work concerns the image and displays as photographic pack-shot printings (a truly ‘made-up’ product usually intended for brand-new objects). The counterweight is no longer a relic of the past, but it asserts its ‘social and structural’ changes at a given stage of life. The series Stigmata ironically reverses the enhancement of a product.

Stigmates, 2016

Ci-dessus: vues de l'exposition collective Concrete, au domaine de l'Etrillet Bruz, Bretagne.

Stigmata, 2016

Photographs above: exhibition views Concrete, domaine de l'Etrillet Bruz, Brittany, France.

Stigmates, 2015

Ci-dessus: les coulisses de Stigmates – (documentation) Photographie digitale

Stigmata, 2015

Above: 'Stigmata's backstage' – (documentation) Digital photograph