retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2016

Arnaud Pearl

Le fanart ou fan art désigne en anglais toute œuvre réalisée par un fan

et s’inspirant ou reproduisant un ou plusieurs personnages, une scène ou l’univers

d’une œuvre existante, qu’elle soit littéraire, picturale ou audiovisuelle.

Ce terme ne se limite pas qu'aux dessins comme beaucoup peuvent le croire

mais bien à tout types et tout supports.

Le fait de recréer le costume d'un personnage pour le porter est appelé cosplay,

les films amateurs reprenant des scènes des séries sont appelées AMV 

dans le cas des anime ou plus simplement vidéos amateur.


                                                                         Extrait de l’encyclopédie en ligne Wikipédia


FANART #1 - Partially Burried Wood (and stone) shed, 2011

Installation : maquette d'un abris en bois, socle, morceau d'ardoise, terre

 

 

 

 

FANART #2 - Ellsy au carrefour, 2012

Installation : texte encadré, vidéo (Ellsy chantant "Me and the Devil" de Robert Johnson), dessin (Vincent Gallo dans le rôle d'Ellsy)

Le pacte avec le diable

 

C’est en 1931 que Robert Johnson rencontre Son House pour la première fois. Ce dernier, l’écoutant jouer, le ridiculise (« tu ne sais pas jouer de la guitare, tu fais fuir les gens ») et lui conseille d’abandonner la guitare pour se concentrer sur l’harmonica. Peu de temps après cet affront, il quitte Robinsonville pour sa ville natale Hazlehurst dans laquelle il espère retrouver la trace de son véritable père.

À Hazlehurst, Robert tombe entre les mains du bluesman Ike Zinnerman qui devient son mentor. Par ailleurs, étant beau garçon, il ne met pas beaucoup de temps à rencontrer une nouvelle femme, Calletta Callie Craft, de dix ans son aînée, qu’il épouse en secret en mai 1931. Callie idolâtre Robert et s’occupe de toute son intendance, cuisinant et travaillant pour lui. Ceci laisse beaucoup de temps à Robert pour travailler la musique auprès de Ike. Le samedi soir, il se rend dans les tavernes, parfois accompagné de Callie, pour jouer toute la nuit. Il commence alors à obtenir un certain respect en tant que musicien et se fait un nom sous les initiales de « R.L. » (pour « Robert Lonnie », du nom d’un musicien plus célèbre également appelé Johnson).

Robert revient finalement à Robinsonville deux ans après l’avoir quitté. Son House est abasourdi par les progrès réalisés par le guitariste avouant même qu’il est maintenant dépassé. C’est à cause de ces progrès stupéfiants que la légende du pacte avec le diable va naître à une époque où le vaudou est encore très vivace dans la communauté noire du Mississippi.

Robert Johnson va profiter de cette occasion pour mettre en place la légende. Un jour, il réunit quelques amis au coin d’un bois et leur raconte ce qui va devenir sa légende : un soir très sombre alors qu’il se promenait dans les alentours de Clarksdale dans le Mississippi, il se perdit à un carrefour (crossroads en anglais). Alors qu’il commençait à s’endormir une brise fraîche le réveilla. Il vit au-dessus de lui une ombre immense avec un long chapeau. Effrayé, ne pouvant dévisager cette apparition Johnson resta comme paralysé. Sans un mot l’apparition se pencha, prit sa guitare, l’accorda, joua quelques notes divines avant de lui rendre l’instrument et de disparaître dans le vent noir du Sud.

En réalité, cette légende provient d’un autre bluesman, Tommy Johnson, qui prétendait avoir vendu son âme au diable, un soir, à un carrefour, pour obtenir sa virtuosité à la guitare. Robert Johnson aurait donc repris cette histoire à son compte, à moins que  Tommy et lui portant le même nom (Johnson) - elle ne lui ait été attribuée à tort.

 

                                                                      Extrait de l’encyclopédie en ligne Wikipédia